mélangé ou notes contre la connerie ordinaire

Je sais que j’ai du sang noir

c’est lorsque je fleuri
je pleure je trahi te rattrape à terre JE SUIS I AM
je m’oublie  je désire je suis comme toi je valse  et tous les autres verbes en langue originale lassée d’être originale et qui se superposent pas plus novlangue que pidgin, JE TE PARLE par ma bouche tu sors  tu rentre ma langue dans ta langue sans précédent se fécondent sans que pour autant je baise la faconde déborde

(c) Eric Bridgeman 5, BLACK BEAUTY
(c) Eric Bridgeman 5, BLACK BEAUTY

Qu’est ce que le nous qui serait Je et non plus tue alors je ne dis rien je me contente de penser que les hommes circulent librement dans mon sang

Pourquoi ne puis je me contenter d’être, c’est un peu que je suis las de te voir faire des victimes d’entendre dire « Black lives matter » d’entendre parler de Baltimore et maintenant de Charleston IMG_0852 de voir ta beauté opposer la mienne alors que

je suis crépu je suis bronzé j’ai des poils sur le poitrail et mes ancêtres chassaient le phoque et la baleine à Terre Neuve ,

ahahahaha que c’est bon d’être tout mélangé !
refrain ,
ah la blanche n’est plus ce que c’était , elle à noircie elle a roussie elle a même des rayures jaune et le sang a fait des petits

notes sur ma Glissantéitude :
comme  je vois les choses ,  un vif mélange de tous les jours ou je suis noir blanc jaune, blonde et brune, pas juste parce que cj’ai envie pour une raison quelconque, pas juste que la couleur importe mais l’odeur, le parfum le gout, le son le geste le monde entier, mais   furieusement à l’écoute et que comme dit Césaire un seul mot qui manque et nous sommes incomplets , finalement je continue à être très glissantien
tumblr
tumblr
notes sur la connerie ordinaire et  que je déplore
Je suis ben content (last news from the library)
j'ai vu une qui faisait le ramadan foncer dans le lard du gros gars qui déblatérait sur les arabes lui a demandé de la fermer , ce que nous aurions du faire 
 moi et la stagiaire on se tenait pu de joie
 renseignements pris elle en avait assez d'entendre déblatérer sur son compte sans rien dire 
 je suis ben content
j'ai vu une beauté enturbannée dans un voile des plus seyant même que j'étais à deux doigts de faire le même 
 moi et la stagiaire on lui a demandé comment on faisait et on a juré que le lendemain on viendrait en boubou
je suis ben content 
 on a empêché un désespéré de sauter par la fenêtre et on lui a filé les oeuvres complètes de CAMI à lire avant la semaine prochaine et pi un DVD  
moi et la stagiaire on avait ben envie de faire une soirée pijama mais les gens étaient pressés de rentrer chez eux
la prochaine fois peut être
alors  à la française on a fait une énorme farandole à travers les rayons qui auraient bien voulu les pauvres mais pouvaient pas et on est parti en chantant lalalalalalala
ca19a2441d89595812e73ff78c44bb3d

j’ai parlé avec elle après , elle souffrait d’être constamment immergée dans notre connerie ordinaire , comme je la comprends , elle a même cru bon de s’excuser tant elle voulait être au dessus de la mêlée , je crois qu’elle a compris que j’étais avec elle et qu’ell pouvait compter sur moi.

Publicités

voir briller

Je te lance une corde

et tu en fait un pont

suspendu

entre deux eaux raides et deux poteaux

tu choisiras où l’accrocher

 

J’ai déjà eu l’occasion de te le dire

ma vie

ta vie est un tourment qu’il faut bien traverser

et dégainer

ton regard traine est une lampe dans la nuit

et le jour

et dans le clair obscur

 

Dans la brume le chemin oublie le long

l’ouvert et le profond

et l’enfance passée dans la sauvagerie

sur les marges

se sauver

nous allait bien qui pendait à la selle

qui nous appelait

qui nous voyait briller

même si c’était bien loin

et les pieds dans la poussière.

 

Le fleuve nous ramène un gout flétri de fleur

sous le brillant du jour

oublié

même si cela fait déjà longtemps.

 

 

qui l’eut pas cru ?

Finalement

on ne peut rien dire de l’amour,

elle

aurait pu elle avait tout pour être

elle a simplement

quelque chose a

décidé autrement

et a surgit le vent

l’a entrainé ailleurs

image de western

ville fantôme

She Gulch

hachée par le vent et roulent

la caravane et les indiens fou furieux

les herbes en herse

vent qui hurle

piment doux ton visage en bocaux

ce doux sourire

qui ment

sous les jupes enjoliveuse paroles qui se cachaient

vipère fourche de langue poudrée

belle ton voyage sentait long  comme un foulard

autour d’un cou tu aurais pu et j’aurai bu

à la gourde

qui  m’a séduite sans amorce

pétard mouillé

maquillées les beautés

un volet clos , des violettes séchées

oubliées dans un pot un grillage soudain

et j’ai du

épousseter ses jeans

faire sécher le maillot et rouler tout nu dans la poussière

chien de prairie

et siffle vipère le vent

vente la jupe

fleurs de tissus

et jambes de vent

au loin mes lèvres

portent secours à mes jambes

paupières larmes

qui l’eut pas cru ?

l’appel beugle

Mais la fleur

retient la buée au bord du jour

buée qu’elle boit

faire gonfler les rayons du soleil

 

pureté des blancs

au vent

lavé par les pluies

eaux

ne sont pas eau

luisent

 

Respirer

étoffer en soi les fils engorgés

joie

tige escalator qui monte au plus haut

jour

s’amoncelle en bris d’éclat

l’astre

dans son sourire le balancement

vent

le parfum entêtant quand je meurs

tâche

l’obstination des trajets de vert

 

Toi que picore la corole au soleil

brille

chante la venue sur le bord de l’appel

grille

sur la chaleur de l’orange brisée

 

Oh la fleur qu’un souffle peut éteindre

mais la fleur ranime

l’amour de la terre pour la douceur

dérive dans les ondes

Tête de Taureau, Cnossos
Tête de Taureau, Cnossos

 

Le désir est une glaise

étoile

souffle

caresse d’air

force à durcir

carapace d’or

provoque la pluie

amante d’une attention

mon envie

s’engouffre

fleur

sans s’éteindre

s’engouffre

sans t’atteindre

met le feu

dans l’air

afin d’y voir dan le noir

 

581668_580979815248225_336458895_n