S’informent doucement les eaux dans son corps


Le mouvement d’un seul retrait
les milliers de ponts
les particules et le pouls

L’éclat limpide de l’œil
l’élancement du bras
dans les angles des chairs
à l’ombre des synapses


Où les chemins se perdent
une peau recouvre l’os d’une épaisseur
d’eau gonflée

De muscles de tendons de cartilages
procure
le poids la marche et l’abandon

Au seuil des nerfs
des lueurs
de poils de cratères d’élancées vives
au rythme
dans le ventre
une trainée
imprime pour avancer

hérisse

infuse
incarne
conduit
comprime
libère


Il n’y a pas de couleur
de teneur des comètes
de nuée de virgules
de vapeurs de roches
l’attraction est électrique

Septembre 2021

luit par les yeux
ce jet glapit d’un saut bondit
les feux repliés sur la nuit
où le tertre finit
où la chasse commence
où le trait de l’homme assis
capte dans le calepin
un long sifflement de plume
dans le blanc une envolée
crisse dans la matière opaque
de l’encre où l’eau n’échancre pas
lavis un trait de l’épaisseur
bave sur la langue nette de l’air
des résidus noirs abandonnés
des traces de sang séché
de poils ensanglanté
la fine conscience d’être au monde

Partir
comme d’un détour des chemins
détrempé
quand la touffe d’herbe irrite le sol


Grince la porte et le monde
grand ouvert

Tonnerre
et l’oiseau entre les feuilles
s’envole

Soudainement
il n’y a plus rien dans le ciel
que les nuages et la pluie
les froissements du vent
et les flaques d’eau

Dévalent et délavent le noir

Ligne avance droite sur le silence, flotte sinueuse et retors dans les formes évoquées la transparence ne s’entend que dans le froissement des entrechocs du blanc la perte des chevauchements des plaques ou seules les étincelles arriment le temps les seuls sons dans l’échancrure sont les interrupteurs aiguës des soudainetés ces heurts dans l’irrégularité sont le lieu amplifiée de la masse quand du vide s’échancre ce qui se retourne en boucle en successions de variation en chiffres en un neutre en intermittence de saccades sans se rompre plonge dans un infini sans que le moindre anicroche n’essuie la durée

la cloche qui sonne le départ n’a pas retenti
la vague se casse contre le béton

l’eau oublie

l’ombre petit à petit se fait dense,
englobe
les rives et les courants
les dérives des
barges, le retard du courrier
et les papiers dans la mer

temps d’aimer

il y a quelqu’un qui se baigne
de l’eau sous les genoux
tremble
un arc-en-ciel sur la bouche
des poissons
sous des trombes d’eau
le balancement de la lune

le froid de l’éveil

Racler les pieds sur le sol gris des accidents
au quart des touffes
les plus hauts bras des cactus
et contre les bas des corps
la peau respire le cuir absorbe la gorge aspire
un soulèvement de la peau sur l’air chaud
les veines sous la sueur et la chair rose de la fatigue
quand le temps tremble
seules les graines de sable sont les étoile des terres
il n’y a pas d’os pas d’organes enfouis dans le sol
pas d’antiques cités dénichés par le vent
eau souterraines et sourire
tant les rides se creusent
il n’y a que le pas
et les doigts des pieds qui agrippent
le mouvement insondable de la chaleur


j’observe de ma fenêtre les abords et je me dis je vais en faire un jardin, défricher et ramasser les mûres et les journées sombrent dans la paresse et le bâillement,

j’ai oublié ses mots mais tous nous acceptons de laisser dans le non dit ce qu’un peu d’éveil pourrait faire vivre

la bouche ouverte entrent et sortent les microbes et la vitalité du dire qui la bouche fermée

pourrit et se délite

une image chaque jour pour donner aux mots l’énergie du visible et de l’imaginaire

on verra bien

car après tout , il faut voir cela comme un journal ou un espace de broderie d’où les mots recousent la blessure qui s’entrouvre dans la journée, s’effiloche et vole au vent

écrire permet de recoudre, de ressaisir les bribes éparses et les relâcher vers l’intérieur, de la part les trains vers soi même et commence à dire ce que l’on tait

confinement, on est toujours confiné à une portion de peau loin du monde, comme un bocal ou une couche de plasma

protectrice mais qui empêche la libre respiration

temps de voir là où l’esprit mène .

70915594_10220362020820638_6052816626212929536_n

Du draps de lin et l’air
sur la pointe chaude de toutes les langues
du beau soleil de la blondeur
cette chevelure de blé
cette bouche de cyclone
ce corps d’orage
ce sang d’or
ravage à mille kilomètres de là
l’eau et toutes les eaux
les rivières de suc
ce tronc fleuri ce fruit juteux cette soif de palmier
cette folie du matin

sous la couette comme maintenant
ou en dessus
cette mer de rêve
ce ciel amoureux
ces embrassades
le lait de l’aube est déchainement des couleurs

ton corps mon corps
un éveil de tous les appels
#réveil #matin #myLove  013#Elle 

Dire la souffrance qui n’est pas apparente, appartenir par conviction à l’autre coté parce qu’il n’est pas possible de se lier à celui dont je ne vois que les crocs et jeter des filins comme des fils de pêche de lumière et petit à petit tisser ce maillage qui mieux qu’un rhizome provenant d’une origine se jette dans la baie du possible et  la voie à suivre comme un courant audible gronde en dessous des terres des mers lèche les pieds des mères et se réclame de toutes sans approfondissement de l’aval qui de toutes façon à sombré sans couleur ni lieu sans de ci delà un deux parsemés aux accents évanouis mais qui reprennent vie comme des taches sur une robe de cheval aux couleurs du diamant en gorge d’argile et sailli par le ciel à flot de l’eau

Que ce soit ici ou la-bas, l’en-vie prend naissance dans la bouche s’assume dans la bouche du golfe, avide et se nomme aujourd’hui

L’autre voit les blessures qui attachent à la peau aux sens et les collines des ancêtre et les nomme pour ce qu’ils sont menaces arrachement et destruction, l’anéantissement et lui ne peut plus peindre en rêve, de là où tu vas et où tu ne vas pas, sans devenir sans source visible l’eau semble opaque est elle tarie ? sans ellipse, directement dans une gueule du cosmos au dessus du temps qui s’en rit

La pensée à peindre, écrire et traduire, trouver les ponts et quoique les messages du monde des lettres des jours qui enferme nos devenir dans un agenda fermé ces mots, ces murs, ces séparations cette fatigue qui me parviennent, en fait une justification, contre le gré peu ou prou de beaucoup, le gré de peu qui est opaque , incompréhensible et du domaine du suicide, qui constamment nous relance sur un coté de boue, dans cette voirie de rails âpres, comme un parcours du monde occidental obligé mais desséché braillant la nécessité de l’aléatoire et du superflue

Mais au delà des attaches abstraites de métaux lourds et de terres rares il a un cri ou la parole dénudé comme un fil électrique courre à vif , qui mord ou caresse ou vit , en accord avec le rythme des veines, artères qui poussent et fleurir, gémir alors le sève circule de nouveau, le bébé une tape dans le dos  et les explosions de la destruction deviennent intolérable, il faut les jeter en dehors d’une existence qui ne se comprend bien que sans

et que mes bouts de chairs sont parvenus là à l’orée du même lieu que toi, das une trajectoire de bâtons rompus , d’élancement d’objets cassés qui s’attirent et se révulsent , s’annulent comme une passerelle vive sans voir de quoi il peut bien être question dans cette forêt d’annotations mathématique qui n’ont de sens que dans la couverture énergétique et saillante du monde et je marche dessus et m’enfonce dans la forêt, à rebrousse chiffres et prend le chemin de la grève et me jette à l’eau , conscient et perdant pieds dans l’inconscience, l’étincelle qui a lieu comme seule boussole .

Sur l’ouverture
le monde nu sur l’imaginaire
qui le monte
sans rien voir
sans entendre
seul bruit
l’air vibre
le son
se retire du
Centre
à la craie comme un diamant
l’éraflure
jusque vers les
bords du verre
comme en marge
une étoile
se perdrait
en toute
excentricité
    il y a l’os
et la moelle
Une conscience de terre
grouillante
de chair
sous le poids
de la lumière
alors que l’odeur
  sous les peaux mortes
impose
expose
implore
explose