Aquarelles

Les villages

Habiter, le désir de l’homme est enfouis sous le lierre et les pierres dans les creux et les vides laissés aux lignes fixes

Mar azul

Plus loin qu’Obaba est le rythme des vagues et la mélodie du lointain, la douceur quand cesse la tempête .

Souffle dObaba

La poésie de la sève est là où est l’œil au cœur, là où bat le pouls du monde

Elancement

là où la ligne escorte la lumière nait la couleur de l’aurore