L’ombre des grands arbres (2)

Dans la coque une décoction rouge L’altitude nonchalante d’une meurtrière Tombereau des pirogues renversées De la coulée de l’écho l’or sombre Sur les épaules un tissage répétant tous les motifs Fait peur aux enfants qui s’enfuient Recouvert d’une bouillie de mare le bois macéré Machette la tenaille épilatoire Le sang gicle sur le tronc ÉpingleLire la suite « L’ombre des grands arbres (2) »

Flores para Yemanjá

  j’aime énormément nager et l’eau , finalement c’est une immersion dans le monde qui prend en compte une expérience beaucoup plus fine que celle prise en compte par la rationalité   émise et comprise, passée au fil de l’eau même perfide comme le sont les profondeurs d’où jaillissent du ventre d’eau de Yemanja naissentLire la suite « Flores para Yemanjá »

c’est l’histoire

une thèse récente sur le candomblé et les Orishas commence au moment où l’étudiant rencontre Pierre Verger qui l’introduisant aux aux pères et mères de saints lui passe le relais évidemment le grand Roger Bastide qui dit-on a peu être inventé le candomblé, en le nommant et le décrivant, lui donnant une réalité sociologique tangibleLire la suite « c’est l’histoire »

les mots de l’eau

dans la suite le craquement de l’écume ou est ce la roche qui craque ou moi ou l’eau   mouvance le choc le long de la nageoire la pesée noire qui étouffe la pensée le front s’ouvre laisse s’immerger la résistance et cesse   accroche l’eau     l’esprit est au présent l’esclave de l’instantLire la suite « les mots de l’eau »

Visage

Contre tous les déversoirs de haine Moi me reconnaissant dans ce visage et le corps lourd, après tous les virages en épingles et les boulots dans ces banlieues ou vivre s’essouffle, dormant la nuit dans les meublés, le poids sur les épaule baluchon et casquette de travailleur je récuse la crasse la saleté et la déprime,Lire la suite « Visage »

fleur des eaux

sous le signe du collier comme des gouttes perlant à l’eau la divinité porteuse d’eau l’or laisse aller le filet dans le creux des paumes la fleur ouverte sous la paupière respire comme un ronflement l’éveil tendre de la matière au monde quand aspire l’esprit riche la vapeur voile de la porte au soleil dévoileLire la suite « fleur des eaux »

l’eau- (flots

et puis si au bord de l’eau et si les flots, les femmes tendent leur beauté comme un reflet potentiel leur ventre qu’elles veulent arrondi à l’eau que leur chevelure ondes aux algues qui peuplent l’océan aux flots même qui chevauchent comme la chevelure le dessous de la magie sur lequel submerge l’amour immense siLire la suite « l’eau- (flots »