Kreol contre Krévindiou

extrait d’un article sur Potomitan par Maxette Olsson: une idée de la créolité et de l’être au monde il faut lire le texte en entier là : ==> http://www.potomitan.info/maxette/creole.php outé pou tann! Tann pou konpwann! Appartenant à la diaspora, en ce qui me concerne, être véritablement créole bannit tout sectarisme, dogmatisme ou ségrégation. C´est unLire la suite « Kreol contre Krévindiou »

Utopia

en hommage à Édouard Glissant, Agnès b.  Utopia en lien cette touchante vidéo, loin des conférences figées mais teintée d’amitié, l’homme Glissant nous parle, enfants que nous sommes et croyant être les maîtres Edouard Glissant chez Agnès b., news du tout-monde … La pensée du tremblement, c’est une pensée où on peut perdre du tempsLire la suite « Utopia »

allusif

cette rupture d’avec la définition me ramène à Glissant, à sans doute beaucoup d’autres, je la voudrais entière sans filins de retours qui nous y ramènent   hélas ce n’est pas ce que je vois ; la tentation me semble toujours forte de revenir hanter les lieux j’y vois comme une contradiction   j’appelle laLire la suite « allusif »

soi un aboriginal ?

Soi un aboriginal  ? fossé le pas est grand et le monde est vaste et va si vite si vite qu’il en devient fou, à mes yeux, de moi qui suis resté un peu en marge, un peu aborigène, un peu seulement mais tant que j’ai mon cul sur le sol que je caresse leLire la suite « soi un aboriginal ? »

glissement Glissant

il faut l’acter les mots font aussi œuvre de détournement, ils détours- nent détourner pour rapprocher et mettre en corrélation ce qui jusqu’alors s’opposait ; avoir détourné pour mieux entrevoir ; comment s’y retrouver ? cette alchimie des mots peut elle  se révéler carcan et enfermement ? c’est de l’intérieur que les mots brillent, l’élanLire la suite « glissement Glissant »

Les tremblements du monde

Créer, écrire, témoigner c’est demeurer fidèle à une certaine image de soi et de l’autre, c’est refuser ce qui nous nie © Les tremblements du monde, écrire avec Patrick Chamoiseau, coll. les merles moqueurs 2009 © L S 2009 …réfléchir sur sa propre histoire. Comprendre le long chemin, souvent à travers des frontières et desLire la suite « Les tremblements du monde »

Quand les murs tombent

Ce n’est pas parce que les identités-relations sont ouvertes qu’elles ne sont pas enracinées. Mais la racine n’est plus une fiche, an-chouk, elle ne tue plus autour d’elle, elle trace (qu’on le veuille ou non, qu’on l’en-muraille ou qu’on la conditionne) à la rencontre d’autres racines avec qui elle partage le suc de la terre.Lire la suite « Quand les murs tombent »

l’ailleurs en soi

© L S 2008 la rêverie d’un monde, d’un homme que son histoire a placé à la confluence, regardant vivre cette part de lui qu’il ne peut pleinement être, il s’y situe toutefois, donne voix à ces humains qui lui sont frères, qu’il a apprit à aimer sans se sentir pour autant lui, tout enLire la suite « l’ailleurs en soi »

intempéries linguistiques

(quand les murs tombent, l’identité nationale hors la loi , édouard Glissant, Chamoiseau , éd. galaade/inst du tout-monde) La où le coté mur de l’identité renferme, le coté relation ouvre tout autant … …. c’était donc aussi une occasion de poésie, là où l’être-dans-le-monde grandit l’être en soi. La beauté est inséparable du mouvement desLire la suite « intempéries linguistiques »

notes pour un paysage

Ne te sers pas du réel pour justifier tes manques, réalise plutôt tes rêves pour mériter ta réalité « passionnément vivre un paysage. Le dégager de l’indistinct, le fouiller, l’allumer parmi nous. Savoir ce qu’en nous il signifie. porter à la terre ce clair savoir. » (édouard Glissant, l’intention poétique, seuil) © L S bosquet 2004