Muette sur la lettre

Passé de l’autre coté de la barre poudreuse de rouge le chemin d’ocre ou le pole aussi haut qu’il semble possible avant de tomber La pluie et la brume ça et là des amas de matière brumes noirs coulées blanches ces accès du monde où l’écriture transpire des laves épargnées Ce sont des iles l’ordinaire deLire la suite « Muette sur la lettre »

de voir étire la nuit

contre toute lumière   contre toute errance   il n’y a que l’amour qui est lumière céder à l’emportement à l’attraction légère du poème qui brûle; on me parle de raison d’être, être réchappe à la raison   le poème comme la toile le papier qui s’embrase rend fou car il se déchire la spirale Lire la suite « de voir étire la nuit »