T

dire                 maintenant                 c’est tenir en main                     mouvement                               même arr^té                                      mais là                                   même si rien bouge                             la furieuse activité dérape                               les mots signifient ce qu’ils disent                        et étalent  la couverture           à l’intérieur des rêves et de quoi manger                           courir ou rester assis                            en même temps que                     simultanément                            

si              mul                                     T                           la lettre suffit pour dire le vertige de l’immobilité en allant                              T                              le pivot                                  T                                   le geste                        ce serait G                               isolé                            en boucle sur soi                               alors que T      suppose                           que les éléments reposent  en complémentarité                            boucle du temps sur l’allant  de ce qui ne s’entend pas                                      la pointe aiguisée                    le battement ce serait B

ensemble de lettres qui ne sont que les départs des différentes directions                              l’Ω                              suffit                                 et                             l’embouclement des songes                              serait-ce                                          ∞                                         l’o                                 par lequel                          drilll                                     une embouchure                  se faufiler     les lettres f -f – f ne font rien à l’affaire                             c’est entrevoir et respirer  ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,, un souffle       rien de plus et tous les souffles correspondent à des états                      des morsures                             élans ou apaisement                                      la on voit que les consonnes                               &nbs
p;   propulse                                  quelque                   ambivalences de son                           l’infini    les reçoit                          la bouche ouvre                         et lâche                             tous ces temps des espaces       correspondent à des vides ou semblant tels              respiration avancée                                juxtaposition      

revenir à dire  

mais il n »est plus temps O  sans espace la liaison perpétuerait un amalgame

le cycle émet     étrangement une aptitude à vivre ou conter est dépassée

à suivre

l’ensemble de voyelles appelle                     va bien aussi                   

panse outre fond


crissement à l’égal du blanc les mots accrochent le silence
porte de l’inaudible

que

ce serpent qui bouscule en douceur par en dessous


murmures
ces chantages de la vibration
ces relations au son
passage de l’un à l’autre

massacre

où les frétillements des queues
tranchent de haut en bas

des couleurs
à l’insu
en cisaillement
vagues  par un ciseau buté
c’est là
lorsque
les lignes outre passent
entre

brêche tète-bêche
dans la craquelure
ou l’outrage

ces ravines qui percent le temps

le corps une salive

des crêtes des mots puisque le silence absorbe
l’anse
anche os de la ou

c’est à l’aspérité
dehors quand le débord et le rebord pensent dans les remords

la vaillance de l’air  la couleur claire un intermède

intercède la cessation du réel


le vent la mer ‘écaille
le temps qui fond donne à mugir

émarge  l’erraillement
des marges