aller en travers ou contre

Une fenêtre énorme s »ouvre

L’Immensité

La vague énorme Flèche

 

Armée des mots traverse, pont, précipice, vertige, rappel,corde, avion train botte muscle vont de plus en plus vite

Jusqu’à effacer

je ne mes souviens plus de la phrase qui venait mais Je me souviens de l’image de ton corps ivoire et de ta jupe blanche et la collerette jaune, tu cachais les yeux qui riaient

 

Aller en travers ou contre

Ta robe coule un fleuve

Précipite est un passage sur précipice

Il n’est pas juste de dire que

 

Les mots engouffrent ni l’idée de recouvrement comme une neige ne va pas assez vite,

Graines frisent l’éclosion Le temps du verbe est le présent – l’on donne à manger à l’inconnu qui entre

 

Temps Passé

Grandiloquent ou Affreux

Futur remanié

 

La main s’est posé sur le présent elle couve l’œuf sans mouvement

Apaise et laisse s’établir les lignes, appelle

 

Mais la vague vient lécher doucement le bas de vos jupe et fermement s’en empare

Ouvre un chemin dans l’œil et décille

Le mot ferment ne ferme pas mais ouvre – toujours ouvre par l’échancrure

Naissance qui brise nécessairement

 

Je te parlerai du futur

Tu le vois mieux que Moi mais je le sais être accordé aux lignes parallèles

Toi toi toi la douceur divinatoire

 

la fenêtre s’ouvre

J’ouvre la fenêtre

Je la maintiens ouverte

et Tu la pousses

 

Tout ce ciel bleu et la statue

N’explique pas ce surgissement

Cet aimant qui s’impose

 

Ni que le Tigre soit des sentes d’Eucalyptus.

 

418198_144992568972440_555378898_n

les bruits, les faux-fuyants dans la fuite

D’un mot , une suite

une avalanche

dans les mots, des vocables

une houle

des lettres abondent

 

il faut pouvoir élancer dans le fleuve

le papier épaissi des possibilités

les tracés meurent en superpositions

l’encre vagabonde a élargit la trace

 

le moule figure

les hanche sises

mutine et taquine

un cœur en rappel

 

glisse et tombe le long de la faille

 

1173600_10202293634768083_1831580264_n

 

gicle debout

Il ne faut pas vouloir décrire

sans plus dériver, arriver

le galet apposé / un gel le silence apôtre

 

une suite de bonds a succédé

 

une antilope

Les cèdres vieux

dans les surplombs

 

les ruines d’avant

dans les hauteurs

faire perspective

j’imagine. Une grande construction blanche, ou de verre, en tous les cas s’élançant de la surface étendue. Elle prend appui sur une transparence, car le monde inarticulé par le langage humain qui plaque systématiquement et non de manière anarchique des émotions et expressions créant formes, accents et colorations de l’archipel sensitif est comme en attente. Je laisse de coté l’agglutination, Angkor et les châteaux de la Loire,  Je respire. Ce yoga permettrait de prendre une distance et une mesure de la surface. Est ce une figure de cette gestuelle qui est mon rapport articulé au monde. Le monde que je sens et moi que je sens, quoique la limite soit fine, n’existe pas. Prendre la mesure crée l’espace ou cette ligne constructiviste va se déployer, me permettre d’habiter, tracer une ligne dans l’Univers, y plaquer des surfaces, un plan vitré et une couleur, élégante qui va venir renforcer le rapport. Tout ceci nécessite une conscience, une détermination à trouver où glisser la pensée, entre le monde et le mouvement, qui provient d’un plan de soi, incliné. L’inclination amène à instituer une perspective, sur cet échafaudage simple une succession de position, de développement d’une attitude propre à accéder à tous les moments de vie , mieux à les accueillir, les laissant advenir à un bien être qui dépasse les états provisoires et les étend. Cette façon d’être au monde est favorisé par les éléments qui entourent, je pense à l’eau, je pense à cette énergie verte , à ces ronds qui parsèment le bâti et rétablissent l’excès de mur, de taille.  A la vérité, je préfère encore l’idée du beau ciel étoilé aménagé, une maison à ciel ouvert, en quelque sorte, ramenant au calme du camps dans le désert. Le buisson et la fleur en sont des agréments, un filet d’eau signifie la marche du temps et l’aspect dérisoire de vouloir bâtir.

Suzhou Museum, Suzhou, Chine
Suzhou Museum, Suzhou, Chine