les bruits, les faux-fuyants dans la fuite

D’un mot , une suite

une avalanche

dans les mots, des vocables

une houle

des lettres abondent

 

il faut pouvoir élancer dans le fleuve

le papier épaissi des possibilités

les tracés meurent en superpositions

l’encre vagabonde a élargit la trace

 

le moule figure

les hanche sises

mutine et taquine

un cœur en rappel

 

glisse et tombe le long de la faille

 

1173600_10202293634768083_1831580264_n

 

gicle debout

Il ne faut pas vouloir décrire

sans plus dériver, arriver

le galet apposé / un gel le silence apôtre

 

une suite de bonds a succédé

 

une antilope

Les cèdres vieux

dans les surplombs

 

les ruines d’avant

dans les hauteurs

Publicités

2 réflexions sur « les bruits, les faux-fuyants dans la fuite »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s