asthénie

aquarelle Lamber sav

conversation, les deux hommes en traversant la route, dans leur habits serrés le chapeau au bord des yeux ils ne veulent pas voir l’été.

La grande maison du siècle dernier a les murs rose et  héberge une famille déshéritée, / cela est peu courant, pour mériter d’être souligné, // la gosse des îles quoique folle est une sacrée bringue

moi c’est le bananier qui a attiré mon regard, derrière le mur une végétation touffue,  et puis j’ai pensé que le jardin dissimulait bien le secret de la maison lépreuse,

la chaleur de l’été fume comme un cigare sur la chaussée qui s’éteint ou se rallume si le vent souffle, on se sent si loin des ports

partir ou revenir,

les gens que l’on croise ont du faire le voyage et se sont arrêtés ici,

il n’y a plus d’endroit où aller

j’ai pensé que la maison était l’endroit idéal pour vivre les rideaux tirés.

jardim aquarelle de Lamber Sav
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s