Aura vive

Aura vive

oh primavera ,
première vérité du voir

l’éclatement
avec les rayons de l’aube

enluminures
l’émergence des lueurs

hors de la nuit

irrupter !
en advenir aux rêves

effacer la prépotence
écorce mâle
du dépérissement

l’été assaille

la sève assèche

défaillance

une luminosité
un espace

voir le monde comme lumière vaste
étale

les éléments entrecroisent la couleur
opale

simple son du mot
dans l’espace signifiant
redonne au regard sa pensée

proche des toujours
le visage de mer atteint au ciel

et mélanges
espace
ampleur

où l’humain navigue
traçant son orbite
bleue

En résonance lumineuse
le monde en bosse
s’arqueboute

les feux aux couleurs
l’éclat diffuse
le mat étale

reliure sur le métier à tisser du voir
à la trame de nos sens
la source jaillit des fosses ombrées

en cristal
en aube

l’or et l’émeraude

le phrasé
intitule une soif dans le voir

les voiles d’une épopée à la conquête du jour

un vent sans limite
ouvre les crevasses de l’ombre

la mélopée chante l’être au jour

le vivant
entre corps et ajour

en radiance

les tâches

acupuncture subtile

vague au sable


les pigments
déterminent l’espace

teinte
ton
lavis et trace

un carillon clair
recouvre le pli du couchant

en ile
s’accrochent
les points du réel
parsemés

à la surface


sanglante
au parcours
le trajet
enchanté

les pas
en brassées
l’aval

en franchissement
une carte
dans le passage

vide
hors de toute forme
relie

de houles en heurts
la force

s’illumine aura
vive

danse de l’oeil

elle préconise le mouvement

déchirer l’espace

foyer vivant à l’oeuvre

le corps
face à la mer
de crêtes en crête

mime
ce manque

en un murmure

en vague
l’instant mire à l’espace

incertain

les lèvres ouvertes les abeilles
pollen
se ruent
à la fleur d’une paume

creux de dune

ce pourrait être une eau pourpre
mais elle descend en creux violet

crescent ou crépuscule
l’ancre au mot

le moment se laisse à rêver
comme une écume musicale

s’humecte
la trajectoire
arc en cercle

en tombe l’eau
la vie
dit l’instant réuni

radial insoumis
le mouvement incessant plonge en songe

réitération à l’excès

accent
ce temps surgi sans temps
s’accorde aux gouttelettes

le font
bruire

le corps à vivre
sabre à l’accord

à l’intense du vide perclus

l’écart enlace à l’ensemble
ce n’est que là où se rejoindre

la cime dans les creux entonne
l’inaudible de cet indescriptible

libère la profondeur inouïe


le flanc tendre
pulse le remous d’eau

météore

les milles reflets en dessus
mille flots vents en dessus

le regard au ciel
vol en oblique

en marge des gris
les noirs
se foncent
et rythment
des clairs

aléas marins et vents de glace
les deux ailes volent en étoile

l’émotion étreint
en écoutant le chant
ravir la beauté

s’ouvrent les roches
les rousses douces sur l’aspérité

la mer en rive
gonflée dans mes paupières

mon ventre rythme la lancinance
mes lèvres en drapeau fières
ma langue le fer de mon à pic

lèvre et yeux se fondent à la brume

et rêve
la rime à l’âme pantelante

en écart

le visage
une eurythmie
cette  élancée polyphonique
les voix
tissent une histoire unique
en fond


en métamorphose obstinée
chante

en chaque femme
la fringale du corps
à l’orage du regard

en rire ponctuent
les cent renoms

aux pigments
d’une peau
recommencée

en arbres
les corps
aux velours des collines

s’accentent
les roches
en percement d’aigle

les ailes
fébriles aux bras des étendues

en équilibre désordonnés
sur la poutre des temps

les regards
s’échouent
sentiers

les corps
rebondis

toujours les mêmes

la forme d’une poche

( après une lecture de John Berger , la forme d’une poche, fage)


attentiste, il se promène et hume , lève le nez , sa démarche indique une danse que son esprit impulse en tangage , ou est ce le corps qui se soulève comme porté par des vagues , là de terre et d’air , une ligne souple trace la marche de lave quant obéissant au principe en fusion elle se frayait un passage au travers, coulant sur , réfractant le réel sous la chaleur , poussée , irréfrénable , c’est l’œil qui erre , libre on dirait bien mais finalement promène l’éclat à la rencontre , de , question , ce principe vaut il, y a t’il fusion entre cet incandescent et ce passage qui, forme , au contact cette ligne, mouvement en onde que l’air et la trace déchirent,

voir , sans doute c’est ce que l’oeil cherche à faire , c’est pour cela sans doute qu’il erre et qu’il est à la recherche, en point de rupture, de la rencontre,

il dévale la pente, se suspend aux brindilles soudain ce sont goutte, lychen et immensité, mouvement aléatoire comme celui d’un derviche qui à tourner s’étourdit, sans doute pli pour les yeux à la déflagration du tournoiement, seule issue, révoquant par l’interstice du visible qui empêche la vision ,

sans doute cette exigence de l’intérieur de l’oeil dévoile la question embuée,

secret rondonnant d’un souffle qui s’extirpe en rond,  ronde bosse du son qui dévale le creux brûlé d’un tronc d’eucalyptus , et écho qui avance comme un fleuve va vers , espace en semence infinie, l’étendue est question impalpable , ou n’y a t’il que l’appel de la voix qui résonne

questions, l’oeil , la voix , le son se heurtent au vide qui solide dit le monde, nécessaire , nécessaire, l’oeil, la question est nécessaire, voir, cette insistance, même, à risquer dans l’empoignade du vide, qui finalement semble ce heurt, cette rencontre, cette alliance , ce passage qui agrippe de chose à chose, cela révèle cet arimage de l’absence, révèle la distance de points à point permet l’échange et trace à la manière d’un son, d’un trait qui scande, affirme. Dans cette brève incursion du voir, que le toucher en même à même ne cessait de pointer,

ces heurts comme les limites d’un corps qui accroche la plume sur le papier , rugueux l’arrête de la roche blesse la main qui sursauts, accrocs du réel, trébuchent ou raccourcis qui, silences en taisant se font signes , anicroches , cet arrêt, comme une mort , une blessure , un creux dans le terrain, une faille ou hausse de ton de par et d’autre, que l’on peut lire comme dièse, dissonance inévitable, ces tachent sont comme des crocs , des trous ou chute la chair, ces percés rappellent la vie et la disparition, l’absence, qui apparait, tangible dans cet amas qui effarement interpelle, giclure de sens à l’éveil de l’envers, que je nomme point, arrêt d’urgence comme ceux qui ponctuent l’ébène enveloppant le tout de sa nuit , étoiles ou chocs du visible , apparitions ou disparitions, disparate réel qui soudain dans un jeu du temps permet cet aller retour de la matière à l’éclat, insistant de la rencontre ,

comme un clash

cette  révélation d’un être au monde , absurde parce que de deux bords , l’oeil le réclame , il lui doit de s’appartenir entièrement des deux cotés de la raillerie , car l’adéquation entre ce que l’oeil est forcé à , de manière tangible , sans conteste , narre ailleurs une légende inconnue, les sens et le sens qui se fait jour au clair du voir est toujours à la limite de l’effacement ,

le réel n’a pas de sens ,

et la pierre du jet ensanglante l’oiseau qui écorché dans sa vie git ; plaie du monde offerte à la mort, l’impulsion était mortelle et se soumet au sang , faut il le comprendre , avoir vu ce vol entre le ciel et gésir comme pierre et boue , le voir lui a dicté le viol , désir , se saisir , cette liberté qui est battement de l’aile bat dans les tempes et est semblable au battement des  veines , à la course effrénée dans les bois , le saut par dessus le bosquet , et le plongeon dans la mer ; la crique d’eau et le criquet hurle déchire l’ordre

et intime cessation ,

serait ce manque, cette absence que l’esprit ressent si vivement , ce vide qui fait sens, il faut s’y résoudre , car le pas appelle le pas , et l’enchainement des choses non ordonnées mais nécessaires, et donc qui se succèdent , il ne s’agit pas de disparition uniquement , ou d’absence , de course haletante à la manière du cerf  ,et des cornes qui sont arbres , pourquoi , il s’agit plus surement d’un halètement d’un surgissement hors de l’espace que l’on met tant de temps à percevoir , hors de ce qui ponctuent , les choses du réel , que l’on touche et qui nous limitent  mais nous relient , nous sortent de l’obscurité de l’attente de l’oeil aux aguets , qui va reconnaitre et impulser ce jet à survivre, captation qui est comme ce pas qui élance la marche ,

hors de l’invocation de l’absence, feu désespéré d’une magie qui parce qu’elle a vue, cru voir, s’est habitué à se penser dans cette totalité , le temps qui fragmente vient détruire et déchirer, remettre en question ce qui tait dans l’esprit, cette union qui fut et donc est et se doit de reprendre ,

voir ,

hors de l’absence , se saisir de ce qui te dit vivant et empreint du monde.

comme

si voir

remettait en question l’absence et l’apparition , le réel s’aborde dans la rencontre et de là comble.

à l’Orient de tout


© LS signe 2004

mes peintures sur le site de Christian Vidal



Certes il y a l’Asie , influence très forte comme pour beaucoup , la nature , l’espace du monde , le vide ou tout se joue etc. mais je suis aussi un vaste métissage, toutes les influences en moi qui parce que je les ai découverte au compte-gouttes, sont très importantes , c’est le monde souterrain du réel et mon gout de la vie , la nécessité de faire remonter un langage qui nécessairement doit se réinventer , oser un nouveau chemin et affirmer l’existence , la mienne parce que c’est moi qui parle et que je ne peux avoir que mon point de vue, mais ce point de vue est taillé à coup de hache de tous les cotés , des entailles profondes , des gouffres et des isthmes, des lacs bleus et des pluies noires, beaucoup de complexité et aussi de contradiction , non je ne suis pas à la recherche du silence mystique et en même temps je crois bien que oui , drôle de mélange je crois que Chu Ta , aurai dit ok man je te comprends ,ces dents me sourient et me disent en penchant du cotés de ma besace surtout tiens bon et résiste avec délectation ! il y tant de saveurs et on ne peut pas redescendre là en bas , l’obscurité est tombée car les vautours et les insectes cachent le soleil , il n’y a que là-haut où la vue est dégagée , il n’y a que là-haut où la langue de ma mère peut resplendir et mon pincel est un sabre tu le sais bien lam , ce nom je rigole tu te l’es donné à partir de la racine quand on t’a planté , que de nom commencent par cette lettre et enfile le chapelet des ombres et des lueurs ,

en fait je rêve de soleil, je rêve de lune et les langages du monde m’y engrossent, les brumes que je vois filer sur l’étal du ciel sont couleurs et vapeur, de la suie, tu sais l’encre est faite comme cela , ah oui l’aquarelle , mais on pourrait aussi concasser les roches, infuser les fleurs et recueillir les pleurs des filles, le jus des tresses des fenaisons, inventer des mots comme indigo , alizarine aussi bien que noir , et tracer l’élan de ce que mes yeux embrassent et dénudent , oui jusqu’à en voir les poils , ah ah ah tu sais il n’y a pas de retenue à avoir si tu veux peindre ;

et en même temps il te faut convier la retenue impeccable de ce qui est au milieu de cet accablement du monde , ça on le sait, le monde est là, tu t’en saisis et il s’évanouit ,comme une femme, il grimpe et dévale en même temps que tu le vois et tu l’appelle que dis-je, tu l’invoques ! pense à tout ce que tu ne vois pas, que tu devines et tout ce que tu ne peux que te confier en soliloque ;c’est pour ça que c’est musique à en faire grincer les arbres et les becs des ailés, je sais je suis un peu long mais il y les bouteilles de cette piquette de la vie qu’il faut boire c’est pour cela que je te parle et que je déguste, pour cela que les mots je les lance de mon à pic , dans le vent, comme un papillon, comment dit on dans la vieille langue , ah bah et dans la nouvelle langue, celle que tu cris chaque jour ! celle de la lune et des points de suture du ciel, celle qui te gratte quand tu t’endors sur l’herbe ,

et puis d’un coup il n’y a plus qu’un trait, il surgit et envahit, comme d’une forge et sans un bruit mais c’est la que le ouistiti rit , oui il rira d’un beau gras éclat de rire, sinon tu t’écroules, tu y croiras alors que tout est à recommencer, non ce n’est pas le vin, c’est … pour ça que tu peins