je me souviens

rien ne le remplace, le cœur  est tout ! ,
je veux écrire  comme une flèche ,
écrire et peindre en bel humain, il n’y a rien d’autre,
et si le blizzard m’a dépouillé je ne suis pas assez vieux pour renoncer
je retrouve les gens que j’aime et je m’éloigne des autoroutes, j’étais sur le bas-coté,  il est vrai !

je me rappelle à montréal, ça n’a l’air de rien, ma rencontre sur le boulevard, la nuit dans le froid, c’était le mois de février,

cet indien marcheur revenant du nord, s’arrêtant et me parlant,
à l’époque j’avais si peu compris,
du nord,
de la marche,
son sourire de sage hiboux
sa natte
son visage c’était l’humanité,
je ne sais pas son nom ,
on l’appellera Nawak
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.