Bianca Chang

Bianca Chang

Blanc

 

dans les plis

 

 

 

veine quand s’amorce l’espace

 

 

suspend dans la lumière

 

looms high

 

 

 

Bianca Chang

 

à lire : l’article consacré à Bianca Chang

Sydney based designer and paper artist Bianca Chang creates beautiful, intricate and mind-boggling paper sculptures which I recently noticed popping up all over the place. In fact, you might remember that I blogged about Bianca’s work back here. With so much attention and well deserved success already, it is surprising to discover that Bianca started to seriously explore the paper medium fairly recently, having participated in the A4 Paper Festival  about a month ago (check out this great video she prepared for the festival.)

 

Bianca chang @yellowtrace

Pelagos

Barbara Hepworth, pelagos, dessin et peinture

 

bleu dans l’espace

l’erreur

 

l’espace pousse vers l’intérieur de la forme car la forme vu dans l’espace suscite son propre espace

le sens assoit les dimension dans la lecture du bloc

le geste va devoir creuser mais le dessin allonge la pensée

tend le regard comme s’il ouvre une fenêtre

sans mots

 

envisage,

 

on y voit tout un monde s’ouvrir et se tendre

se résumer

une forme cernant des tensions internes de ce qui s’étend

 

la traverse la creuse et l’habite

les parcours et les traces de l’étrace

 

Barbara Hepworth, epidaurous

la forme se concentre vers l’intérieur mais plus important est porteuse de sens

du domaine du visible ce qui apparait à la lumière ou strié d’ombre est du domaine du sens

significant form

la forme porte le sens comme un projet et l’incarne

lançant de façon statique des dynamiques

contient l’esprit, projettant à l’espace, interne et en creux

 

mais sens de ce que le corps sent,  retranscrit dans la matière

 

Barbara Hepworth, Pelagos

est-ce la lyre d’orphée

la lumière particulière de la Grèce comme aux temps archaïques, classique cherche la forme à s’incarner

la vibration de la forme tend à la perfection, la forme est peut être ce seul tenant ou la pensée s’annonce d’un bloc, travaillé et surgissant à l’espace,

 

de l’aventure humaine

de la poésie aède

 

à St Ives venu du Nord la lumière méditerranéenne révèle un sens proche de celui de Karnak

Barbara Hepworth-single form chun quoit -1961

Bougie et tête

cette figure semble sortir du néant,
émane d’une matière hasardeuse, pauvre, s’apparente au rebut ;

le fer tordu assène la figure, laissé pour compte, le fer tordu et la soudure  est elle réellement différente de nous figure humaine, matière humaine, lignes abruptes dégrossies par le marteau, fer contre fer et maintenues par le chalumeau  sauf pour ce que le vent a pu apporté, déposé sur les torsions des membres, peaux aléatoires, nourritures issues du végétal ou pierre broyées sont un revêtement est ce un habit, la partie visible de l’âme de la figure, sa puissance renvoie aux éléments du chemin de la clairière ou de l’océan, bord de la rivière; le paysage est ici colporté sur le corps, il en est partie intégrante, il colle et cache son origine mais est une porte, entrebaillée, comme des dents la langue et le larynx, le corps brille par sa peau et est paré d’une décoction qui le rattache
La tête est synonyme de lumière, de moteur , elle est ce par où ce qui s’ouvre s’ouvre, cette excroissance longiligne, semblable de tous lieux
connexion, bougie de voiture est cousine de masque tchiware , bamane forme animale qui n’est qu’homme car il la sculpte, la porte , porte encore , la tête porte, ouvre, se porte ,

mais trouvé dans les déchets, usée une bougie fera l’affaire, signifie plus qu’elle ne ressemble, amène au sens plutôt qu’elle ne convie  l’apparence de l’humain – dont il est question , qui d’ailleurs ne compte guère.
la trompe garde le brillant, est ce voulu ? elle est ce par quoi le sens transite, s’enfle se développe se multidimensionne – c’est pourquoi la trompe brille , cet assemblage de cuivre porte le sens, le souffle véhicule le pouvoir l’honneur et le sacré ,
autrement- il signifierait la destruction
c’est peut être pourquoi l’homme semble si hasardeux et indifférent, il n’est qu’un support,; les membre sont un autre sens au mot trompe, une circonstance et condition musculaire et osseuse, tel est squelette il est voué à disparaitre, seul le souffleur apparait, les membres beaux sont ternes poussés vers ce poids et cet effort
il est dit que si quel qu’autre portait la trompe à la bouche et renvoyait le sens la puissance du souffle de l’honneur le gonflerait comme une outre et éclaterait, une mort certaine
c’est pourquoi la trompe brille et que les lèvres ne touche pas l’éclat
la condition du souffle est évoqué
les membres rappelle le canal du souffle, son de sens .

il faut pouvoir l’entendre et cela n’est pas donné, le fer cache une redoute, avant d’arriver à entendre le son

cela est l’au dela de la sculpture , de l’homme esquissé, du cérémoniel évoqué.

© sculpture Simonet Biokou –