A l’intérieur
du ventre le temps
gronde
une insistance
plus forte
que la respiration
gonfle la glotte
10339440_10203157737417619_8339884706885766724_o

Publicités

22310345_1727737110572866_6958679519700479237_n

J’emprunte un chenal
où seul un bateau passe
laisse la fierté lente
pensive  sur l’îlot
les voiles aux couleurs
la plus noire des peaux
où Je suis combustion
éclaire l’obscurité
toutes les luminosités
à en être sans étoile

Il s’agit avant tout de poser un pied
sur le cadavre en travers du monde
l’enjambée ouvre l’angle
sur ta jambe en l’air
tente le risque en déséquilibre
non  basculer mais  changer la course
l’habituelle poussée
vers ce qui n’est jamais advenu
mais si le fil tendu traverse
la percée claire d’un poème de pensée
quand le corps peine à souffler
le vent parebrise ose le poids sourd du soleil
un pas de coté  irrite comme des poussières sur l’oeil
la transparence sous les accès des débris
contre la fraicheur
comme une barque en avant de ton pas

Coupé du monde
soit parce que l’on ferme la bouche
et les fumées de l’asphyxie
du monde vieux
remontent par les narines
les yeux
le cœur
l’âme surtout
oublie l’oued hurlant
de l’autre
noyé sous la coque
tandis que dans les yeux
du passant
venu de loin
la poussière sur les os
chante sans voix
une chanson qui tente
de remonter de loin à la salive
qui vient

20-LE-POINT2003-copie

Ou au chaos
qu’Éros fait régner
dans les veines
en Soi la pagaille
 Y sème et les fleurs
 Y germent
pétales et morsures
pale souffle épris
du sang d’un poète
jjjj
Aux lèvres ourlées
aux hanches charrues
l’une amazone
sourcilleuse et troublante
la fission d’Eve
enrichie de l’Éros
une langue parle
somnambule
à toute heure de la nuit et du jour
ooo
Point d’ orgue
une hantise
de moteur de klaxon
des seins à la taille
cuirasse et ventre
poignards et cuissardes
sangles si troublantes
empoisonnent
mes naseaux de licorne
uuu
Sur le cou
un licou acharné
à tomber sur ma bride
d’où se meurt
toute chair
les excès
et la torréfaction torride
d’une naïade
ensorcelée de fumée

21741018_10211999885891578_6228832122429501472_o

 

l’écume sous le calot de la rage
l’extinction des tiraillements
la braise des jours
les forces magnétiques
échappent en fumées
on pense aux nuages
donnent à l’air la douceur
la beauté d’exister
émue sur le jour
chaque langue claque
sur les lèvres d’une nuit