Sur l’ouverture
le monde nu sur l’imaginaire
qui le monte
sans rien voir
sans entendre
seul bruit
l’air vibre
le son
se retire du
Centre
à la craie comme un diamant
l’éraflure
jusque vers les
bords du verre
comme en marge
une étoile
se perdrait
en toute
excentricité
    il y a l’os
et la moelle
Une conscience de terre
grouillante
de chair
sous le poids
de la lumière
alors que l’odeur
  sous les peaux mortes
impose
expose
implore
explose

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.