Léonile

sens, sent
tend le sein sous le voile
la peau de la grande ile
à un fil froissé
tempête
de mon corps entier
par la main
comme poudre
bleu sur les yeux
et rivage
la grande terre
enveloppée
d’eau
la masse
du cou à l’oeil de charbon
de corps à corps
me broie comme
alouette
se posant sur mon ile

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s