Au matin la lumière et le vent
faisant frisonner le monde et
moi dans la longueur sans fin
du filet d’âme qui déverse un
peu  sa mélancolie sur le jour
peur de manque si nuage noir
et l’ombre plus lourde que le
soleil dévalant l’aura lointaine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s