temps que la pluie ose

2013AA52484
David Bomberg

Largement comme porteur d’eau au désert sur le visage est un périple bleu fait d’ombre qui revient à l’ambre
Couleur de sable et plutôt lumière c’est un vitrail et non une mappemonde
Il y a les hauts faits sur la barre du front et les crevasses qui entassent le vécu couches du passé et le repassé qui commence à craqueler
Les touches de la touffe qui ont été amoureuses et le vent froid du désert blanc
Dans les fissures dans les abris des petits tas l’ocre des entailles dessinent le visage
tout comme posés pour un temps
Temps que le vent les disperse et tant que la pluie ose.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s