rouge heure

la maison blanche obstrue la rua on voit un arbuste dominer l’ombre et dans les interstices de la perspective passent les vides des possibilités fantômes d’une renaissance quand les femmes passent éclatantes dans cet ocre rouge le vert balance à se déchirer la rue s’illumine de la naissance et octroi les pas qui mènent vers la porte qui peut toujours être poussée un bouquet à la main.

Publicités

4 réflexions sur « rouge heure »

  1. vers, à se déchirer les mirettes en imaginant la scène, Les ailleurs où s’évader. poésie colorée est ta plume d’un « je dis »

    1. j’avais besoin de me réconcilier avec le blog car ce matin il m’a mangé-évaporé un texte assez long que j’aimais bien , pas sympa ,
      là je dis et je vois ou plutôt je pressens ce que je vois , je me dis tiens ! ….

      1. un blog mangivore, quelle horreur !…J’imagine cette frustration, j’espère que ce long texte reviendra s’afficher. Pas de brouillon automatique dans worldpress ? . tes textes ont plus que souvent une lumière entre les interstices, j’apprécie beaucoup, voilà qui est dit. définitivement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s