assené à l’île

Les rames continentales sont restées à flotter dans l’indéfini j’ai mis le cap vers l’espérance et )à la nuit j’ai lancé la pirogue

les étoiles scintillations des restes du jour j’ai chéri les histoires me repérant aux trous noirs et m’agrippant aux filins du voile bleu nuit

je me suis jeté en pâture ligne m’enfonçant dans les fonds ne distinguant plus que les scintillations

l’acupuncture des rêves bois blanc qui flotte

les chants magnétiques quand tètent les sirènes

les histoires en boule galaxies comme massage

respirant par la tranchée les vols au vent

nageoire parallèle de tous les noms aqueux

les gouttelettes de brume mes amantes

me brûlent le firmament au bain marie galant

de tous les horizons la houle irréfléchie insuffle aux draps le sommeil la coque coco hisse le voile de pagne le bois troue la profondeur élève l’association céleste à la proue des voix berceaux

quand au matin j’ai crié terre jeté  doucement en eau de lit le lin sur le rivage les larmes comme des vagues me lèchent la fatigue langue de corail et le ressac libèrent l’immense au roc

l’ile du lendemain

Publicités

7 réflexions sur « assené à l’île »

  1. L’île du lendemain…
    Pourrait s’appeler « Rémission » au sein d’un lymphome… a priori… maîtrisé !… ?…
    Mais au sein du vivant… ???… portée en sa survivance, cette île… ?
    J’ose…
    Apposer…
    Le mot « Poésie »…
    Bien à toi…
    Marie-Christine

  2. Et tout bien réfléchi…

    « asséné à l’île »
    Une lame…
    Vouée au gré du « Vent de l’inspire »…
    S’ébroue… ???
    Un pas abouti… coupe court… circuit…
    Réalité oblige le vivant « en soie » à tisser…

    L’imaginaire oblige une survie sur le métier…

    Dont le premier pas inflige le poids d’un silence… en cheminant.

    Encore une commentaire qui n’appelle pas de réponse si ce n’est celle de l’encre qui imprime son chant !

    Chanson de gestes infinie…

    Juste histoire d’avoir « en corps » l’illusion d’exister.

  3. hello marie christine , comment vas tu , en effet je ne vois pas quoi répondre au commentaire en effet l’ile est , et attire à elle les flots sur lesquels elle glisse ou ancre mystérieusement un poids

    merci du passage !

    1. Bonsoir Lam, je vais vraiment très bien… c’est un peu comme si une deuxième vie m’était accordée afin d’y épanouir ce que j’avais laissé en omission au cours de la première ?
      Mais… je dois changer de lunettes ! … Tout devient si différent… Au regard des insulaires… simplification du réel oblige à toucher terre !

  4. Il me vient soudainement à l’esprit qu’il y a toujours dans l’air du temps… un espace à réfléchir… d’où la peinture ??? peut-être… (l’écriture relève d’un espace autre) si la vie nous laisse sans « voix-voie »… une île subsiste pour figurer l’instant de l’absence qui nous tarabuste à l’infini de notre instinct de survie… ou de survivance… survivance ? C’est flou, je te l’accorde !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.