La grande balafre

Même si

La grande balafre

 accroché à la carcasse du monde vieux
c’est la solitude coupée de la vitalité

vies sur l’autre rive les cent défaites de toutes les défaites
plus nettes que l’étincelle  la mémoire portée en rive
les strates chapelet les graines rouges au toucher comme pour les couver de la paume le songe de la folie fable de la source
ici git la dérive de l’im-pensé pulpe rouge le sang du rêve est in-attendu.

à partir dans le non – dire le oui
le rire émietté
  les vagues insensées absentées du réel l’esprit serait un jardin contradictoire
fleur épineuse les crocs de l’énergie un trou noir un phare,

l’humain veille
duvet le sol sur le monde
baobab fou

comme le fou les Paroles entre les écorces et la terre en frémit elle les entend ressasser  les remous dans l’intensité

le temps sait  être obscurité et profondeur
Chemin qui s’ouvre dans l’invisible alors qu’il n’y a pas de chemin

promontoire une absence se survit parole

secret partagé propagé de main en main clin à l’œil à l’acte à l’être
tracer les points et l’ambitus  de l’ambigu qui situe
le puits dans la terre sèche  rien à que ce qui se cache  que d’éveillé;

comme une chair la terre et les fruits  pâteuse la voix noire eau de la révolte s’accorde au vieil homme et ramène au sable la douleur  la mort et le recul de l’enfant

pays rompu
éternelle résistance
l’homme a le corps dans le peuple et se souvient
sagesse incarnée dans le temps
un chant contourne les implications et se soumet à la nécessité

sourire qui pourrait être paysan et qui l’est quand il appartient à la terre.

Publicités

5 réflexions sur « La grande balafre »

  1. Je te lis…
    Je ne saurais dire… encore moins commenter.

    La poésie ne sera jamais que ce lien qui oeuvre en silence à l’impromptu pour nous « relier » au sein des mots alliés… qui parviennent à se prononcer en instance du vivant émis à l’instant « T »… pour, en fin, parvenir à dire je ne sais quoi de vivant…

    Tel un silence en « soie »… qui serait soi au bord du « vers »…

    Sensiblement… Toute à « L’impromptu » insolite qui de prime abord échappe à notre compréhension en nous reliant… là…

    marie-Christine

  2. oui ,je te comprends , de plus en plus, mais l’ai je jamais fait , je ne dis pas que j’écris de la poésie qui suppose , à moins d’être libre, mais peut elle l’être , un ordre et une esthétique , moi , particulièrement en ce moment j’ai plutôt envie de creuser autours d’un pressentiment ( le sentiment muet que l’on a devant / qui reste à préciser, rendre à la vie – je suis face à une image , et je tente d’y voir clair en jetant à l’opacité des mots qui petit à petit tentent de circonscrire ou de rendre plus clair pour moi cette image, ou ce pressentiment
    la poésie ou ce qui échappe aux règles dans mon écriture n’est en aucun cas style ou une célébration de l’écriture normative ou convenue (et donc peut elle être comprise?) mais fragmentaire tente d’entrevoir quelque chose ; elle n’est pas jeu ou alors si elle l’est elle l’est carrément ; pas ici ,
    ici il s’agit d’un vieux texte retravaillé ,
    le sens pour moi est assez clair et est explicité par la photo – référentielle évidemment ,mais le sens , et c’est pour cela que je demeure attaché au fragment poétique, est plus vaste que ce que les mots, l’image ou le concept peuvent induire ;
    donc pour résumer , pas poésie mais tentative de se rapprocher , ici j’en suis au stade du brouillon , donc pas très loin
    mais sait on jamais ce qui se véhicule ,

    merci pour le commentaire M C, et j’espère que tu vas bien
    Lam

  3. Lâché de ballons
    Brillons
    Vers le Bon.

    ///

    Vers le Bon
    Deus
    Amen

    A Men !?
    Oh my god
    It’s good

    ————

    Il y a du sang
    Il y a des ballons
    Il y a des mots
    Et des bleus
    Et du Bleu

    ////

    Chié de ballons
    Brillons
    Vers le son

    ////

    Bonbons à foison
    La grâce du don
    Te donne le monde.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s