Esther le cou

oggi premier jour

je me laisse aller à la chaleur
dans le sac plastic
bon heur  mal heur U meurt
et paf le sac plastique ramasse
pas de coté
j’allonge le cou
et courbé j’ésther nue
Publicités

3 réflexions sur « Esther le cou »

  1. En quelque sorte, tu définis la respiration, non ? Et lorsque tu imploses, ton poème explose, non ? J’aime bien ce texte à voix nue…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s