traverse en Zar

et timidement
propulsant

paleofolia
s’il  faut  fébrile
un  bruit de parole
le battement
papille
le on de nos langues
affolé
la toux de nos bras

s’arrêter écouter poursuivre nous reboussole

et de fil en fil
un ricochet
parole  chuchotée
craie
un navire accoste

détonne étonne tonne

et nous nous enflons
libellule
ventre
en nous même
et nous libérons
moustique
une envie

le mot  notre et le  regard autre rêve temps  l’un à l’autre

et nous pousse ce qui nous
pousse
est  donné
nous pousse à
vouloir
donner
à  son
au tour

du mouvement  rompt l’immobilité
nous germe

logique spermatique

s’il en est l’
« oeil
tend
le
bras

traverse le hasard

Publicités

4 réflexions sur « traverse en Zar »

  1. Lam… Tu le sais bien, c’est le contraire qui intervient ! C’est le hasard qui traverse l’oeil… et si ce n’était pas cela, tu ne peindrais pas !!!

  2. as the sense of hearing…
    sounds make an entrance…
    then, we reply to…
    and so the game of chance…
    but I don’t know… Chance keeps in touch with my life…
    and then, my eyes…
    ???

  3. Je crois qu’en définitive, mon dernier billet publié ce soir sur http://alphathanoromega.wordpress.com/ répond « amplement » à ta question : connaître le rien du RIEN à l’approche… en définitive, c’est intégrer le « tout » qui d’aventure s’en vient à nous cerner…
    Bon : ce n’est pas compliqué ! C’est subtile !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s