passion du regard

la traduction ramène à la langue du lecteur au lieu de faire visiter la langue de l’autre , la vraie, celle de l’espace unique qu’elle ouvre. Ce serait et c’est parfois un sublime effort poétique que d’augmenter la langue de l’espace de l’autre .


© Chillida, oeuvre gravé, Maeght/

texte de Jorge Guillen, « mas alla »; Aire nuestro

© L S euca6 2007

conférence de clôture du cycle VOIR OU ENTENDRE par Renaud Ego (Une légende des yeux) organisée à la Galerie LA NON-MAISON , 22, rue Pavillon – 13100 Aix-en-Provence

merci à Nathalie Riéra et Angèle Paoli d’en avoir parlé ,

je semble me reconnaitre dans la pensée de renaud Ego , l’écrivain poète essayiste qui collabore à la « pensée de Midi » désire comprendre le regard, la vision, les apparences du monde, :

« Par nos yeux, plus que par tout autre sens, le monde entre en nous qui sommes en lui ; nos yeux nous mettent au monde, à l’instant où ils nous emplissent de lui, et nous voilà bientôt sans plus de limite, moins enveloppés de notre peau qu’exposés à l’échange incessant que suscite notre être poreux. »

oui il semble que cette pensée me soit proche , de plus il va par le monde à la rencontre des arts des hommes, signes ; mais c’est le terme de pensée qui me dérange , car par la pensée, à moins qu’elle ne soit « poétique » en elle même, l’homme plutôt que de se laisser être poreux , tente de s’emparer du monde , pour moi la peinture et la poésie tels que je les conçois laissent le monde être dans sa propre langue, la suscitant et en s’en augmentant.

Sa pensée avec celle de Henri Maldiney est cependant une des plus proche à ce # près .

2 Replies to “passion du regard”

  1. C'est bien connu, toute traduction est une trahison. Mais on ne traduit pas pour autant les traducteurs en justice!Car ça reste un moindre mal dans la mesure où peu de gens sont capables de lire le poème ou le texte dans sa langue d'origine…

  2. non je pense que c'est la façon de traduire qui est en cause , il faudrait introduire le génie de la langue que l'on traduit par un acte poétique qui parvienne à nous le rende sensible et non pas à ramener à soi le génie de l'autre ; le fantastique travail des écrivains de la colonisation antillais et africain au sein même de la langue française ( cf le français langue africaine ) ainsi que les magnifiques traductions de certains écrivains nous le rendent sensible , j'en demeure persuadé ; une langue évolue et gagne à recevoir d'autres sensibilités et esprits de la même manière que certains rares écrivains revisitent leur langue propre ; je demeure persuadé pour ne pas être attaché au coté grammairien et descartien de la langue française que le français a de ces éclats qui rendraient le duende possible ; de même en peinture on est passé de Le Lorrain à Pissarro Cézanne et Picasso ; tout cela à Paris ! et que dire des autres , les américains les chinois et les africains ! tout n'est question de regard , je suis pour un tout-monde regarde le jazz , les africain américain ont regénéré la musique blanche de l'intérieur , ça m'intéresse et même dans la littérature ; l'être humain ne devrait pas rester dans ses frontière psychiques , mais je suis un voyageur qui a besoin de s'augmenter du monde et non pas seulement porter un regard sur lui .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.