Je t’ai vu dressée comme un arbre
le visage sculpté de l’âme
émergeant de la beauté du monde
portant avec toi et l’eau et la terre
tu en avais l’effluve et le parfum
une écharpe de forêt sur les épaules
mélange d’outremer et de brun rosé
la peau allumée de pétales sombres
et l’émeraude axiome de l’océan
ventre non des yeux mais du volcan
remonte l’oiseau tout en couleur
le temps habillé de gestes d’ombre
revient continuellement arpenter
mon regard essoufflé de te voir
encore et encore comme une vague
bouleverser que je sois grève ou vent
entre tes branches le jeu sans réponse
de l’alizé effondré de l’élan éclatant

cueillette-mangos-336

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s