Le monde m’aspire comme une éponge
une langue rose réjouit les lèvres du coquillage
dans la rue le lagon monte à l’arrêt d’autobus
j’y trempe le pied comme dans l’étoile
la nuit saigne d’ivresse pour la mue du soir
une femme fleur calice de pistils à la vague
éclabousse du bassin un semblant d’éclat de rire
quand le harpon entre les deux yeux
deux revers de pétale baisers fous de ses chairs
enveniment l’accroc et la longue nuit noire

IMG_5719
(c) Ed Valfre photographie

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s