portrait

Elle a ramené la beauté sur sa bouche comme un volcan au sommet de l’air
L’île s’est embrasée en flammes suaves en gouttelettes de mer sur le grand vent chaud de la flagrance Elle a du bout de ses doigts sans penser à rien par le velours humide de sa bouche soufflé légèrement pour que vogue s’envole s’irise la douceur Du plus profond de la couleur des grains fins pour que se détache de sa peau aussi fine que dix mille sanglots du soleil sur le teint  la transparence  à vif le crin La lumière un seul étincellement  l’oiseau multicolore s’est mis à  vibrer ailes de feu  crinières de cristal chant insistant des myriades de bouclettes envahissent l’océan harnachées d’eau en droite ligne verticale plongeant là où la langue de terre se détache Flot sur l’eau plane l’alizé sur une ligne mélodique de basse aussi volubile que la mer violente et verte la belle tige d’hibiscus.

IMG_6251
photo inconnue pour éviter l’usage interdit de celle que je convoite
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s