il est impossible de la décrire ,

il y a ce feu aimant, non qu’il aime mais qu’il aimante
il est drapé de cette couleur qui contient
le rouge et le noir qui est une soie
un puits sans fond elle me dit écris prend les couleurs
moi je m’agite autour de mon vide je parle silencieusement
je suis un vent mais faut il parler de moi
elle existe en sans moi elle
me met en mouvement elle est immobile
les yeux sont profonds beauté viable
besoin d’un lac eau de soleil
vague de bleu au dessous dans la remontée de la
lumière un seul mot la dit celui la
je sais que je n’attends pas je ne suis pas chasseur pas pêcheur pas poète
je suis sur la rive
je ne peux dissocier l’ile rivage de mon cœur
mon cœur nage mon cœur vole immobile
dans l’enclos de mon
corps , mes limites sont dans l’étoile qui me fixe

la voir sans parler sans émettre « J »
sans beauté factice elle est douce elle gronde elle pourrait être l’univers
ayant compris ça alors je plonge
je me fonds dans l’immensité
je veux être l’immensité
je ne veux rien je suis
aspiré
je finis par ne plus rien désirer

j’écoute le timbre de son nom

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s