Vase communicants avec Danielle Masson

Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre…
Bienvenue à Danielle Masson le temps d’un échange

l’idée des vases communicants a été initiée par François Bon dont le but de se faire se rapprocher les écritures de nos blogs dans des échanges qui devaient sans doute créer une émulation et un foisonnement encore plus grand, car les blogs sont isolés.

Ce soir je reçois Danielle Masson qui elle me reçoit sur son blog

=> mon texte sur son blog

.

12207593_10207949034626394_1791261575_o

« Une poule qui glousse est la meilleure maman du monde » …

Il n’arrêtait pas de répéter cela.

Une ritournelle, obsédante, qu’il tentait de mettre en musique depuis trente-deux jours maintenant. La première fois que cela lui arrivait depuis qu’il composait.

Mais, ses doigts n’arrivaient pas à caresser de nouveau les touches du blanc piano droit qui ornait le salon.

Pourquoi cette ritournelle lui trottait-elle sans arrêt dans la tête ?

Il aimerait tant le savoir.

Peut-être que la couvaison de Lilla l’avait perturbé. La première fois qu’une des pensionnaires du poulailler lui avait offert trois nouveau-nés. Il ne se lassait pas d’aller les voir, craignant tout pour eux. Il se reprochait de bêtifier ainsi mais, c’était la première fois.

Il imaginait avec plaisir la joie qu’aurait Milan en découvrant Calimero, Titi et Pioupiou. Il devait arriver en fin de journée. Il ne lui avait encore rien dit. La surprise, il voulait que la surprise soit totale. Les trois oisillons avaient tout juste dix jours. Milan arrivait pour les vacances d’automne. Quinze jours trop courts à partager.

Mais il devait trouver les notes pour habiller la ritournelle qui l’obsédait.

Tout d’un coup, il se rappela : Le livre d’Anne Geddes, Le jardin des fées.

C’est là qu’il avait lu la phrase.

Le livre était ouvert à la page où cette phrase était imprimée. Il l’avait lue, elle s’était emparée de son esprit et depuis ce jour-là, son crayon ne courrait plus sur les portées.

La cloche de l’entrée tinta.

C’était Milan qui arrivait…

12200428_10207949033226359_1748543680_nIl était sûr qu’avec lui, la machine à composer allait se remettre en route.

« Une poule qui glousse est la meilleure maman du monde » …

© 5 novembre 2015 – 32 Octobre

L’occasion de découvrir d’autres textes

l’actu des vases communicants de ce mois de novembre:

François Bonneau : L’irrégulier
et  José Defrançois : Les pages du petit bonhomme
————————————————————————————–
Clotilde Daubert : Rixilement
et Françoise Gérard : Le vent qui souffle
————————————————————————————-
 Angèle Casanova : Gadins et bouts de ficelle

et Mickaël Berdugo : Bakurael

————————————————————————————-

et Lamber Savigneux : Les vents de l’inspire
————————————————————————————-
Hélène Verdier : Simultanées
et Dominique Hasselmann : Métronomiques
————————————————————————————–

Zakane : Les mots de Zakane

————————————————————————————-

Christophe Sanchez : Fut-il

Julien Boutonnier : Peut-être
————————————————————————————

Anne-Sophie Bruttmann : Annesodiversetvariations

et Marie-Noëlle Bertrand : La dilettante

————————————————————————————-

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s