Les couches que sont les ombres et les lumières pourraient être un paysage
que ce soit toi ne prouve pas que ce ne soit pas ce qui en devant de toi regarde
et que tu regardes – qui se réverbère – ouvert sur ta face
et que tout ralenti et que je suis arrêté

(c) diebenkorn-untitled-1957
(c) diebenkorn-untitled-1957

Il y a des moments où il y a l’absence de toi, l’absence qui sans odeur veut dire qu’il y a un trou
ou seule la mémoire permet de rapiécer – la nostalgie si triste que je te recrée
t’ comme une flaque sur le goudron

(c) Diebenkorn
(c) Diebenkorn

 Moments où tout dérape et que rien ne peut parvenir à rapprocher, où il ne faudrait pas être là où toute l’expérience de vivre ne sert à rien et l’on dérape sans pouvoir se retenir et que l’on a peur – bien sûr personne ne le comprend la carcasse pleine de bleus

(c) Diebenkorn
(c) Diebenkorn
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s