Courir

Je cesse de courir .

Je coure dans les bois depuis vingt ans déja si longtemps que j’avais oublié que je courais. Du moins j’imagine que je coure car je présente tous les symptomes de l’homme en course, le halêtement, le brouillage de la pensée, la hâte. Tout semble néanmoins immobile et cela procurre un sentiment de révolte. Pourquoi tout demeure t’il inchangé ? et ce malgré l’épuisement. La distance. N’ai je fait que multiplier les pas dans la même direction ? Sans qu’il n’y ait de sens ni que l’enthousiasme ne se transforme en paysage. Ni la force de la pensée. Ni l’apaisement.

l’immobilité nouvelle me glace.

003web1_xl

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.