on wings

Arrivé le regard cerné dans cet aéroport, cela faisait si longtemps que je n’avais pas secoué mes poussières dans la pure joie de la vitesse, mes vêtements ne se sont plus froissés, il se sont élargis avec l’air du soleil, je me suis rapproché du trou d’ozone, la lumière si proche de mes mains que je me suis vu reflété c’était ton ciel qui me tirait doucement vers toi, vers les lèvres, il a fallu d’abord atterrir de la coque et éteindre la puissance négative des réacteurs, alors ma peur est tombé comme une ancienne peau, je me suis couvert le sexe que plus rien ne protégeait dans cette salle de transit, j’ai poussé la porte, dehors l’air était chaud et vibrait. Je suis tombé amoureux, élevé dans la scintillation.  A ta porte, où que tu sois et sans plus mes haillons, des fleurs de fraises dans le regard, j’étais dans les cieux et je souriais, à cette femme entièrement cousue à moi et que je venais, je suis encore en chemin, de rejoindre, scellé.

1391888_531907276886227_1865247257_n

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.