rémision

914862394168571_sQ6qCWde_b

 

Mais je te sais aussi dans le ruisseau des poètes, je te sens dans l’intimité qui remonte des affres du grand roman russe, toutes les lames ramenées sont taillées aux poils du feu si mince que flambent les torches levées pour éclairer les phrases, les veines saillantes de tes mains sont dessin à la pointe dont tu saignes

Château clos ta peau tendue sur l’enfance, sans beauté, de ces phrases que tu files comme  la blancheur sur les forêts de la mort

Illumine quand  je te sais ouvrir un livre et malgré toi l’enflammer malgré toi le cœur comme un bûche et le long d’une rue isolée tu marches porteuse de ce défilement sans fin qui te fait et de défaites jusqu’au point où tu vas.

 

263784_372139172873055_949612683_n

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s