Tabulaire

une succession de heurts rend clair la venue du visible

le bord de la table soudain clair

étonne la lumière

détourne de l’obscur

les angles sans flammes des feux appuyés sur le vide

 

il y faut ce sursaut

ces sauts de l’écart

 

le rebord des pensées si elles en ont

s’arrêtent avant de toucher

le stylo accompagné de l’oeil

 

les pâles

suis attentif

écrire

 

ce palier à la solitude supplée

 

Quand seul je

t’avais Toi

et que je racontais

les histoires pour

que tu entendes

 

je doute

que tu écoutes

j’aimerai

que tu écoutes

écrire

s’arrête à la feuille

 

perce

sans même qu’il n’y ait

une ligne

 

comme d’une portée

incertaine

qu’est ce dire

 

l’envie ?

te pressentir

 

la question que pose n’est pas dans les livres

E

dirait la honte ou la nécessité

de dire je t’aime

 

ou la pudeur, je dirai de me dire ce qui est vrai dans l’instant

et le demeure

 

 

sans une vague

le désir noir

là où  l’envie a chuté

 

 

règne la circonspection

salutaire

l’attention

se joue dans le silence

 

 

éloigné de toute solution

à une quelconque délivrance

qui ne te rejoigne pas

 

Voir

peut être est au delà d’un échange

Parole

qui ne fait que prétendre à la voix

 

quand de te voir ne suffit plus

 

Te – la jointure de 2 nous concerne

c’est assez

 

 

Chef de village? Portrait en pied. Au verso: texte manuscrit à l'encres noire probablement métallogallique et rouge

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s