Je voulais écrire sur le corps, parce que notamment le travail de Marlene Dumas me le commandait, en particulier ne pas savoir comment aborder cette œuvre extraordinaire, « morning dew » qui m’échappe.  C’est vrai , sur ce lavis la vision du corps échappe et n’est pas simpliste, trop exigeante et indigente comme faite de trop peuLire la suite

é_(c<ris-re_

une littérature qui nous rassure de vivre une vie glauque la fabrique de gens qui ne l’ouvrent pas , déprimer la fenêtre ouverte peter frying Pan hurle : <:::>Weeeeeenndyyyy ….., nan ! (c’est Wendy>) je veux pas quitter la purée de poix Londonienne car je suis niaine ! je reste couchée ! j’veux du grisLire la suite « é_(c<ris-re_ »