I DANCE TO MY OWN DRUM AND LIVE BY MY OWN TRUTH… KGR

Ouvrant les vents à des akhènes invisibles (Souffle is Life)

 

 

impossible de savoir d’où souffle le vent mais S i L  dit que c’est de la Vie , qu’il vient

je soupçonne qu’il réside dans les trous et dans les vagues de chaleur pitoyables un pied dans la tombe  ne voyant pas que la mer se retire et la voix de castrat sombre dans les sables mouvants à l’abris dans ton lit ou dans un fauteuil second empire et arrosant tes fleurs sur le balcon,

 

 

K G R (Karen Gibson Roc)

pourtant dans une phrase en apparence toute simple, chanson et le regard simplement tendre, Karen Gibson Roc, la douce la belle celle qui te raconte les histoire les plus fantastiques accoudé à un feu rouge attendant que passe le vol de 14.50 pour London, destination Kingston, les mots simple les phrases simplement défilent leur belle histoire regardant narquois la littérature disant d’une voix douce ce qu’il suffit de dire pour qu’en vie

 

toute de simple beauté

 

 

de simple vie qui vient d’être si libre au vent

 

 

SAnfran, ou safran les textes s’enroulent

 

et d’ailleurs ou d’ici ma voix s’enroule

 

et même s’il faut crier un peu

 

écrivant et écrivant et écrivant sur les palmiers de San Francisco Brooklyn,

 

est ce important

un piano dans la bouche

 

 

et laissant le vent raconter ce que bon dieu il lui plait

 

 

raffiné comme un rayon de soleil qui tombe sur la baie et faisant feu de ton bois

je danse sur mon tempo et je vis avec ma vérité

 

tout simplement

 

Julio (C) disait la même chose à Cuba

quant à savoir comme ça arrive , I DANCE TO MY OWN DRUM AND LIVE BY MY OWN TRUTH…

 

thank you  SiL  http://flavors.me/souffledame

 

retrouver KGR aussi sur

wat TV

Tumblr

blogspot

hubpage

Publicités

2 réflexions sur « I DANCE TO MY OWN DRUM AND LIVE BY MY OWN TRUTH… KGR »

  1. Cet essentiel sensibilité que nous apporte la poésie – je ne m’en lasse pas lorsque comme un éclat me frappe d’une essence à ressentir pleinement ce qu’est Etre, une place, la place qui est la nôtre puisque nous tenant chaud à l’âme.

    1. oui SiL il faut être attentif à ne pas la laisser filer , à être si fort et plus fort que les moments et les humeurs , que la prétention ambiante et finalement rester au plus près de cette merveille , libre, et sans effet , parfois aussi dans le lourd flotte des pépites , merci de ce beau moment de vérité !
      reprendre un peu de poésie , gratuitement , comme ça
      biz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s