Passage (Reprise)

la vision d’une terre qui enserre me rappelle à ma réalité d’exil, je peints cette rive comme un voilier caresse mélancolique les herbes et les mottes du rivage, l’appartenance pris entre la vague et le vent, saudade ambigu entre empreinte et poussée des sèves, tellurique, le temps prononce la sentence et matière, promet des floraisons ;
les mots eux ouvrent l’espace en vent debout à la déchirure qu’impulse le désir, l’œil dans la toile et l’absolu entrouvre, pétillant le pressentiment à vivre, hors de tout propos les mots comme une liberté dans les blancs deviennent la langue inconnue, ivre comme la brise, elle pousse et vibre au corps ; le sens et la trace sous-tendent le piège et pourraient ramener en arrière
ce sont dans les vides et le sens accordé à l’horizon , le chant improvise une mélodie et résonnent du chaos, pas de l’homme qui marche et déchire le tissage du monde comme un passage, pris entre ces deux ancres, l’une amarrée et l’autre fine comme une soie solaire, pris entre le devoir de fidélité, sûr de son tracé opaque et l’aimant d’une voile ivre à l’assaut de l’ile, la mélancolie et la joie maligne donne à l’œil l’envie d’embrasser l’absolu des joies à venir.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s