le temps

changer d’esprit, avancer : le futur est tout grand ouvert ! (Bijou Letord)

 

le futur ouvert, s’il faut dire
si le passé est grand fermé
à moins de flotter dans le présent
bénéfique

et ouvrir une autre ère du temps
, une autre dimenssion du temps
, sans reference

passé-futur-présent

ni ouvert
ni fermé

tourbillonnant dans l’immobilité

le temps est fou
si nous voulons le chevaucher

 

Publicités

4 réflexions sur « le temps »

  1. Le temps est un horizon
    A gagner à la pêche
    Tenir la barre
    Autant que l’horizon
    Au loin.

    ////

    La texture de ton aquarelle dégage des sensations visuelles qui s’accordent bien ensemble.

    Mes meilleures pensées.

  2. à toi lam…

    Et à vous Syl, non, il me semble ce soir…

    Le Temps, ce temps-là évoqué consiste en une autre dimension au sein de laquelle « la pêche » laisse les filets vides et le pêcheur bresouille sous son phare personnel.

    Il me semble ce soir auprès de cette aquarelle…

    Il s’agit-là d’autre chose, vraiment d’autre chose, qui m’apparaît soudain avec la force de l’exprimer… sans désir de préciser au-delà car toi seul sais, lam, de quelle nature est ton chemin de vie.

    Mais si notre point commun consiste à cheminer, nous ne sommes « pas encore » tous parvenus au même point du sentier…

    Ainsi nos blogs respectifs ont tous leur raison se vivre en coreligionnaire pour nous permettre d’exister « ensemble », chacun à son stade d’évolution personnel…

    L’art remplit sa fonction progressivement logé tout au bord de notre âme… où les racines prolifèrent malgré soi… même si elles ont été rompues à un moment donné…

    Bien à vous tous, Marie-Christine

  3. oui MC tu as vu juste , il s’agit d’une autre forme de temps que celle à laquelle nous avons l’habitude de nous referer d’ou ces quelques phrases , j’écris très peu en ce moment v, n’ai pas le temps de creuser , mais le temps est au coeur de ma problematique , j’y reviens sans cesse ,
    là ces quelques mots veulent dire qu’il est une autre sorte de temps , auquel répond un autre rythme, presence au sein du poeme , qui n’est même plus poeme,
    ce temps là englobe beaucoup lus que nous et les mots y trouve une résonnance autre , parfois ils s’arretent et ne franchissent pas , il reste sur le bord , il y ont mené, ils désignent vaguement , ils ont perdu la prétention et laissent l »être se déployer sans eux, eux mênent, ne sont queles coup du baton sur le roc, ou le rauque du rire , de la voix,
    oui tout cela prolifère, c’est une danse, une convocation, mais la n’est pas l’important, le temps , dont nous ne pouvons nous éloigner apppelle,
    l’aquarelle, ces pigments mouillés n’a pas vraiment à voir , il faudra y travailler, trouver une accroche
    lam

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s