Tanella Boni

Elle sortit au grand jour                le ciel restait bas
Elle sortit au grand jour                 le ciel rampait à
reculons         il noircissait de plus belle          alors
elle comprit                qu’il pleuvrait haut et fort ce
midi là                  entre ciel et terre à deux heures
elle n’était plus  la   femme  à  la  poudre de manioc
elle ne cherchait plus des mains                  pour ce
fardeau à porter            car dans cette ville que l’on
nomme humaine                  chaque voyageur traîne
comme une coquille sur le dos                un fardeau
sans age            c’est cela le temps     cette peau si
légère                qu’elle ne risque jamais de prendre
pluie

(………)

L       était une lettre en majuscule              qui avait
des doigts si fins     des doigts-tamis      des perles-
pluie         alors elle comprit qu’une femme       c’est
comme la pluie       elle se déplace avec      le temps

(……….)

Alors la femme prendra feu                 pour troubler
le jeu du soleil                   alors la femme sera pluie
dans ce pays au visage de lagune                       elle
portera dans l’immensité du désert                comme
un pagne de fête                toutes les couleurs de la
terre                            elle portera  tatouées sur sa
peau        toutes les lignes du temps             comme
un livre ouvert              à la page de la vie majuscule

(© Tanella Boni, grains de sable, ed. le bruit des autres)

Isabel Lunkembisa ,sur  Média tropique

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s