hume une rose

ton nom est celui d’un chat et me regarde comme un pylône ton œil retient nue l’eau mot final pour être météore sur l’oeil sans partir une mue sans bouger les lèvres murmurent les élans les doigts des cornes sauvages emboutissent des jambes à l’infini dansent des prairies de fleurs