chaud dans la gorge le soleil
rives d’asphalte à l’intérieur
gorgées de lumière électrique
quand coursent les roues
les creusets
les hymnes à ras de vol
crissent les trains de l’esprit
un rictus heurte le plat
surélevé du galbe
talonnés
la plante le doigt l’ongle
repris par les lèvres
l’invective de la cuisse
remonte le long d’une trachée
fictive frénésie de l’âme
des élans du gardien du cœur

20246312_10155015854323068_3768948862398377679_n

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s