Comment cependant faire exister la poésie sans le corps
sans l’étincelle qui relie les penchants
j’aurai du les retenir dans ma paume et me nourrir de leur lumière
en dehors de la folle danse de l’être dans son entièreté
qui de fait ne peut briller sans être tiraillé par tous les vents
mais comment ne pas se laisser embraser quand il y a le feu ?
il me faut de nouveau aller à l’eau et regarder le courant

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s