Qu’importe il ne sera plus délicat
il heurtera de plein fouet le vide
il est ramené à sa contradiction
au point où il est toujours seul
il entend rire les autres
ça ne l’amuse pas
son corps vibre de sa singularité
de ne jamais être apaisé
rien dans le ciel ni l’eau
aucune lumière
aucune figure du rêve
aucune présence
sauf  ce qu’il fait gicler de la main
tout est dans la grande tristesse
sans que rien ne remette en question
l’envie du corps de ne pas mourir
lui suivra

Gordon Parks

Gordon Parks

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s