De tous les cotés des ruisseaux
l’eau qui polie l’émeraude
l’éclat du soleil les rattache à ton cou
à la larme sur mon oeil que je jette
à l’étoile sur ta peau
à tous les regards obliques
qui percent sous mes pieds
qui collent au sable
à la trace de ta dérive au loin
ma douceur se heurte
à tous les bords des vides
1797504_10201744600521484_2062388511_n

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s