Partie comme une eau insatiable
pressée par toutes les pulpes
à la dérive de la source
vers l’embouchure Le grand océan
lustré des glissades de ses sables
des brillances humides des résurgences
mammifère hors de la mamelle Terrienne
où se perdre et renaitre
en un mot un seul : paître et se repaître
dans les envahissements
des mouvances de l’émeraude

18425297_10208551261688980_932387903400797994_n
Diego Rivera
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s