Comme si l’avion accroché à mon flanc je sens les moteurs qui arrachent mes entrailles les déplient des kilomètres d’entrailles avant  que ne se déchirent brutalement dans le ciel bleu dans la vapeur de nuage dont je suis le gardeur l’en traille l’avion et les fleurs     l’oiseau hilare de l’île en vol canaille à la belle qui pose son beau pied lumineux sur la terre aimée  si douce sa chevelure que les fleurs embaument de la sueur Paradisiaque.

AAA

IMG_6245aradis

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s