Autant garder la bouche ouverte pour que
rentre l’air Les mots y habitent mais
succombent à un manque atmosphérique
la langue humide à la limite de l’orage
y pourvoit mais s’étiole si le ressort de la
mâchoire hermétique ne devient de
temps en temps éventail jonque ou boutre
voile du temps un rivage quand il fait beau
note soutenue devient langue de feu
attisée par l’obstination à ne jamais fermer
la fenêtre dussent les mots en sécher.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s