Ils sont venus dans un habit noir et ils nous ont pris par surprise
j’entends que ce qu’ils ont fait n’a rien à voir avec notre vie

imaginons que nous sommes au bord d’une rivière, que le livre est ouvert et parle de deux amours qui riment avec toujours, imaginons que ce soit dimanche et que l’homme prépare des appâts pour attraper les truites  c’est mardi il fait beau et le monde jusqu’ici s’en fout voila nous rions à la terrasse d’un café à Saint Germain des prés  et la petite fille te souris.

plus tard on a dit que ce qu’ils avaient fait était inintelligible

les mots ont cessé d’être des mots, il n’y  a plus de mots tout est vrillé et je ne sais plus dessiner, les visage ont perdu toute expression et la nuit qui est l’absence du jour comme après l’irruption a recouvert la vie de cendres

IMG_1881
(c) Picasso

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s