Pourquoi
ne puis je plus faire venir
sur la feuille
une taupe
quand ‘attends chez le coiffeur
un terrier un
renard des loutres et un canard
la trajectoire de Magellan
Youri Gagarine
et le cri de jouissance
de Louis sur Bassin st.
une trompette une clarinette
le phantasme le plus pur
à l’heure du café
le son de l’eau
une onomatopée
OU comme dans loup
ou uniquement ou
la ligne des toits
papiers somnambules
mais déchirés de notes folles
d’étendues désertiques orange
lettres jazzées jetées pèle mêle et puis plus rien
un son horizontal
des césures et l’immédiateté du sens
des bruits de pelles et de cymbales
pelletées rauque et pleines
des pamplemousses
des anges plantureuses
comme Cléopâtre ramant
sur le flanc
de l’Amazone

(c) Bo Carpelan, un poète
(c) Bo Carpelan, un poète

Pourquoi ne puis je faire
rimer
la grande
inondation
le moment ultime sur les seins
de Yemanja
poème
qu’attends tu
loup où es tu ?
ma vie est en
fanfare

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s