Commence à laisser sa pensée agiter ses doigts qui aspirent plutôt à toucher, laisse la sensation filer le guider dans le  mouvement, la peau guide dans les influx il y a toutes les couleurs qui lui parviennent mais ce sont les yeux qui réfléchissent

tilly-losch-by-trude-fleischmann-ca-1925
(c) Tilly Losch par Trude Fleishmann, 1925

L’étincelance comme une voie de lait sur le corps, un tissus la recouvre de ce qu’il faut voir comme une robe légère et fine. Subtile est soumise à la souplesse et la musique partout perceptible tant en elle se rapproche – s’éloigne – Que sont les étoiles des points lumineux qui crient légèrement à la base de l’univers –

pour moi la connexion entre un être particulièrement sensible, une multitude de faces ou quelques unes, la danse, l’amour, le mouvement, l’odeur de la sportive, la beauté de l’amante et la gourmande, dans son regard l’envie de dévorer la vie, salons de vienne et modernité des gymnases et c’est pourquoi elle danse, aime, succombe à la beauté et la vitalité, anime – elle, photographie, dans son objectif la lumière dans le véhicule de l’énergie résume l’instant présent et capte dans l’objectif l’essence de la métaphore qui de fait n’en est plus une, non plus comparaison et équivalence mais tension d’une connexion ce par quoi elle et le monde sont liés

elle sent sous ces pieds remonter le voile vers la nuque les ailes et les allées de la subtilité et puis cet enthousiasme silencieux qu’est le visage, les yeux et les capteurs qui s’allument, lumière de la beauté Être  fredonne quand tu marches, envols et éclairages,  pour l’instant la danse  se laisse extasier et la caresse dans son corps est enveloppée de la nuit et elle boit les étoiles

Trude Fleischmann-the-dancer-niddy-impekoven-vienna-1927
Trude Fleischmann-the-dancer-niddy-impekoven-vienna-1927

Notice sur Tilly Losch
sur streetswing et wikipedia

Trude Fleishmann
sur wikipedia
découvrir sur art.net et Getty

Publicités

2 réflexions sur «  »

    1. Oui, de la pensée au cheminement de la prise en compte des sens dans ce que les réel nous propose, ici une photo magnifique d’une danseuse de 1925, chemin le plus court vers qui occupe mes pensées , je suis d’accord avec vous , le chemin que prennent les choses est souvent surprenant , merci d’être passé ! L

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s